À la suite des réflexions et des considérations du début d’année, les réactions des investisseurs se sont révélées très disparates. Cela se ressent au niveau de la volatilité supérieure à la moyenne des fonds cotés. En conséquence, l’indice SWIIT a oscillé selon une marge de fluctuation de 4,5 % depuis le début de l’année, entraînant des fluctuations irréalistes sur certaines valeurs. La hausse des taux d’intérêt à long terme est le sujet du moment. Bien que cette évolution n’inquiète pas encore les investisseurs immobiliers, si la tendance venait à se poursuivre, la forte demande pourrait peu à peu être freinée. Les premiers résultats annuels des actions immobilières ont été publiés et les chiffres d’exploitation se sont révélés positifs, ce qui est rassurant. Cela confirme que les actions représentent bien plus qu’une simple alternative aux fonds ou aux fondations immobilières pour les investisseurs. En effet, les actions affichent un bien meilleur rapport performance-risque. Les avantages financiers et la possibilité de participer de manière active en tant qu’actionnaire apportent non seulement une certaine stabilité, mais aussi du potentiel. Il est indéniable que les investisseurs institutionnels (par ex. caisse de pension) sont structurellement sous-investis dans les actions immobilières. Compte tenu des évolutions des derniers mois, ils devraient repenser leur stratégie et ne pas se contenter d’investir dans des fondations ou des fonds immobiliers. La recherche de nouveaux capitaux a repris et de nouvelles augmentations de capital sont communiquées en continu.

Menu