Le manque de dynamisme dans le secteur de l’investissement immobilier et des banques centrales lors des vacances et des absences associées des investisseurs s’est intensifié comme d’habitude en août, ce qui a conduit à un volume de transactions toujours faible des investissements immobiliers à la bourse suisse. Au cours du mois, cependant, divers résultats semestriels pour les actions et les fonds immobiliers ont été publiés. Les gains d’appréciation sur les propriétés commerciales se poursuivent. Le problème actuel de la Covid passe de plus en plus au second plan, du moins en matière de communication et de chiffres de vacance actuels. La confiance selon laquelle la situation devrait s’améliorer nettement semble se répandre également dans le secteur hôtelier, si l’on considère les plans d’expansion du groupe Accor en Suisse. Cette tendance est soutenue par les perspectives économiques toujours positives des analystes, mais aussi des entreprises. En général, les portefeuilles n’affichent toujours pas une forte augmentation des taux de vacance. Cela signifie que les actions immobilières mixtes qui investissent à la fois dans des propriétés résidentielles et commerciales sont bien pourvus et, contrairement à de nombreux fonds immobiliers, offrent toujours un potentiel d’évolution. La stabilité des résultats d’exploitation donne aux investisseurs le bon sentiment qu’en cas de changement de tendance possible, les investissements immobiliers réagiront de manière stable et moins volatile que les marchés boursiers mondiaux. Principe général d’une observation correcte; cependant, à la suite des énormes afflux de liquidités dans les investissements immobiliers ces dernières années, il pourrait également y avoir des mouvements violents à court terme, comme cela a déjà été le cas en mars 2020. Les investisseurs ne doivent donc pas oublier que les titres cotés ne réagissent pas toujours uniquement aux résultats opérationnels fondamentaux, mais sont également façonnés par des décisions à court terme prises par certaines personnes. L’été, longtemps passé inaperçu du point de vue météorologique en Suisse, touche à sa fin et cela annonce en même temps la prochaine saison des augmentations de capital. Les produits cotés et non cotés, et les fondations immobilières sont à nouveau à la recherche d’argent frais pour élargir le portefeuille immobilier ou réduire l’endettement. Les pipelines d’acquisition sont pleins, mais malheureusement les prix ne sont plus justes et ne promettent pas de grands rendements pour l’avenir.

Menu